Dr Carlos Ambrosio Uboldi: La fibromyalgie existe

 

Pourquoi beaucoup de collègues disent-ils que la fibromyalgie n’existe pas?
L’être humain a toujours tendance à ignorer ce qu’il ne comprend pas. Et il est plus facile d’ignorer que de prendre la peine de comprendre. Mais aussi, comme le dit Karl Popper, “la véritable ignorance n’est pas l’absence de connaissances, mais le fait de refuser de les acquérir”
La fibromyalgie est une maladie de plus de 150 ans, qui porte d’autres noms et qui est reconnue depuis 1990 par l’American College of Rheumatology, qui a également établi les premiers critères de diagnostic. Comment pouvez-vous ignorer cela?

En 1992, l’Organisation mondiale de la Santé l’a également reconnu et classé, ainsi qu’en 1994, l’Association internationale pour l’étude de la douleur (IASP). Comment pouvez-vous ignorer cela? Comment un médecin peut-il ignorer une maladie reconnue par l’OMS?
L’inconvénient de la fibromyalgie, pour les collègues non croyants, est qu’elle ne présente pas de lésion visible. par conséquent, ils disent que cela n’existe pas et que toutes les études sont normales. Le diagnostic est purement clinique.
Si nous utilisons cette “logique” de collègues aveugles, aucune des maladies psychiatriques telles que la dépression, la schizophrénie, etc., n’existerait. car jusqu’à présent, ils n’ont pas non plus de blessure visible.
L’atome, l’électricité, etc. n’existeraient pas non plus. parce que nous ne les voyons pas. La fibromyalgie a une journée mondiale, le 12 mai, établie par l’OMS. Il ne devrait donc pas y avoir non plus chaque jour mondial de toutes les maladies qui l’ont provoqué.

Pourquoi ne comprends-tu pas?
Parce que pour le comprendre, nous avons besoin de nouveaux paradigmes inconnus, tels que la théorie du chaos, la théorie de la complexité, la théorie du stress, la psychoneuroimmunoendocrinologie, etc. Et rien de tout cela n’est enseigné à la Faculté de médecine. Nous devons partir du principe que l’être humain est une unité complexe non seulement physique, mais aussi psychologique, sociale, culturelle, écologique et spirituelle. Il s’agit d’avoir une vision intégrale et holistique de l’être humain et n’est pas enseigné à la Faculté de médecine non plus. L’esprit d’un côté et le corps de l’autre. Il s’agit là d’un concept très limité, borné, linéaire et simple de l’être humain. C’est pourquoi la médecine ne résout pas toutes les maladies chroniques, qui sont de plus en plus connues, mais il y a de plus en plus de patients. Pourquoi?
Ce réductionnisme fait de plus en plus de spécialités, qui divisent le corps humain physique, et chacun voit cet organe ou cet appareil qui constitue la subsistance de sa spécialité. Ce qui se passe, c’est qu’ils voient l’être humain à travers le trou d’une serrure, perdant de vue la vision globale, intégrale, comme il se doit. Et quand ils voient un patient physique anxieux ou découragé, etc., ils se souviennent de leur esprit et l’inévitable se produit: “passez au psychiatre”.
Je ne nie pas la psychiatrie, qui est une spécialité importante comme toutes les autres, mais chaque médecin devrait avoir une vision intégrée entre l’esprit et le corps. Mais de nombreux psychiatres pensent ou affirment que la fibromyalgie est une dépression. Environ 30% seulement des patients atteints de fibromyalgie ont des problèmes psychiatriques. Qui ne va pas devenir déprimé en ayant une souffrance comme celle de la fibromyalgie, une douleur chronique sans diagnostic, une fatigue permanente, une incapacité à dormir correctement, etc.? Toute maladie chronique peut provoquer une dépression.
Surtout, il n’est pas compris car la psychoneuroimmunoendocrinologie, qui est un nouveau paradigme qui intègre l’esprit et le corps, adopte la théorie du stress, du chaos, de la complexité, etc., est inconnue. Et la fibromyalgie est une maladie psychoneuroimmunoendocrinologique. Et cela est ignoré par la School of Public Medicine. La Faculté de médecine CLAEH enseigne le PNIE et la fibromyalgie, dont j’enseigne aux étudiants de quatrième année. Si mon seul outil est un marteau, je les traiterai tous comme s’il s’agissait d’un clou.

Contribution: Dr Carlos Ambrosio Uboldi

Loading...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *